La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Partager via un média social

 

Pour connaître l'histoire de Piennes ...

 

 

Le nom de la commune de Piennes, alors appelée Espienne, apparaît dans des documents datés de 1222. Mais le village existait sans doute bien avant, comme la plupartdes localités avoisinantes. 

Du XIII ème au XV ème siècle, ce n'est qu'un modeste village d'un peu plus d'une centaine d'âmes qui survit tant bien que mal à des époques régulièrement troublées par des famines, des épidémies dévastatrices, des pillages, des ravages causés par des guerres qui se succèdent inlassablement.

A la fin du XVIIIéme siècle, lors de la création des départements, il est réduit à deux hameaux, Piennes en Piennois dans le quartier de l'église et Piennes en Ardenne au carrefour de la route de Norroy-le-Sec. Il se trouve alors en Moselle et , peu après, perd en 1811 son statut de commune et devient un simple écart de la commune de Landres.

 

A la fin du XIX ème et début du XX ème, une nouvelle page s'écrit pour Piennes qui devient Meurthe et Mosellane en 1871, après le traité de Francfort, lorsque l'Allemagne annexe l'Alsace et une partie de la Lorraine. Dès 1899, des sondages révèlent l'existence d'un important gisement de minerai de fer dans le sous-sol de toute la région. Bientôt commence le fonçage de nombreux puits de mine et une rapide urbanisation lui donne l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui. Partout s'érigent des chevalements sur les carreaux des mines. Les sociétés minières construisent des cités pour loger leur personnel; ainsi apparaissent les quartiers de La Mourière, de Micheville, pour la mine de Landres et de Joudreville pour la mine de Piennes. 

La ville naissante redevient une commune autonome le 11 juillet 1910. La population, en grande partie immigrée principalement d'Italie et de Pologne, augmente rapidement, passant de quelques centaines à plus de 4000 habitants en une vingtaine d'années. De nombreux magasins voient le jour le long de l'actuelle rue de 8 mai, de celles de Verdun et de la liberté. << Centre commercial du bassin minier >>, la commune offre aux Piennois tout ce qu'il leur faut dans leur quotidien : commerces de toutes sortes, écoles, cafés, cinémas, équipements sportifs... C'est l'âge d'or de Piennes qui va durer jusqu'aux années soixante, exception faite des dures années de guerres en 1914/18 et 1939/45.

 

L'inquiétude gagne peu à peu l'esprit des Piennois : on commence à parler de la fermeture des mines. Hélas la rumeur va devenir réalité. Malgré des luttes acharnées menées par les mineurs des trois puits, les exploitations ferment les unes après les autres : La Mourière en 1967, Landres en 1968, et Piennes en 1984. Alors commence un nouvel exode ; les personnels licenciés partent avec leur famille vers d'autres horizons professionnels et la population chute inexorablement pour pratiquement diminuer de moitié...

Depuis le démantèlement des mines, principalement source de la richesse locale, Piennes tente de se recréer sans toutefois retrouver son dynamisme perdu. La physionomie urbaine s'est modifiée, de nombreux commerces disparus ont cédé la place à des logements, seules quelques entreprises artisanales ont réussi à survivre et la charge des équipements est devenue pesante pour une commune qui a perdu beaucoup de ses revenus

 

Mais les Piennois ne se sont jamais laissés aller au défaitisme. Depuis ces sombres événements, les municipalités successives ont lutté et luttent pour conserver à la ville l'espoir de jours meilleurs. Des lotissements ont vu le jour, des infrastructures ont été rénovées ou crées, la cité a été embellie pour donner envie de rester à Piennes ou de venir s'y installer. Aujourd'hui, la ville a atteint une sorte de << vitesse de croisière >> et il est sûr qu'elle la conservera encore bien longtemps.  

 

                                                       Gérard BAILLON